Laurent Tailhade

De Anarchopedia.

Laurent Tailhade (Tarbes, 1854- Combs-la-Ville, 1919) est un polémiste et poète.

[modifier] Biographie

Le poète satirique et libertaire Laurent Tailhade est issu d'une vieille famille de magistrat et d'officiers ministériels, lesquels, pour l'empêcher de s'adonner à la vie de bohème littéraire l'obligèrent à faire un mariage bourgeois et à le confiner dans l'ennui doré de la vie de province.

"Libéré" à la mort de sa femme, Tailhade put gagner la capitale et dilapider en quelques années tout son bien, en s'adonnant à la vie qu'il désirait mener depuis toujours. Devenu l'ami de Verlaine, Jean Moréas ou encore de Samain, Tailhade, tout en écrivant des vers influencés par les Parnassiens, développait sa fibre anarchiste et anticléricale dans des poèmes et des textes polémiques et d'une vigueur injurieuse peu commune.

Son nom devint populaire à partir de décembre 1893, lorsqu'il proclama son admiration pour l'attentat anarchiste de Vaillant, dont le vers resté fameux : Qu'importe la victime si le geste est beau scandalisa la bourgeoisie parisienne.

Par une étrange ironie du sort, Tailhade fut lui-même victime, quelques mois plus tard, d'un attentat anarchiste, d'où il ressortit avec un œil crevé ; mais il ne se renia nullement et continua à afficher son anarchisme de manière encore plus déterminée.

Ses recueils les plus célèbres, « Au Pays du mufle » (1891) ou encore Imbéciles et gredins (1900), n'ont rien perdu de leur veine rageuse, insultante et d'une verve où se mêlent l'argot des faubourgs et la richesse d'une langue luxuriante d'une vaste culture.

Sa fille fut l'épouse du journaliste Pierre Châtelain-Tailhade, journaliste au Canard enchaîné.

[modifier] Bibliographie

  • Au pays du mufle. 1891.
  • Poèmes élégiaques. Vitraux. Vanier, 1891.
  • A travers les Grouins. Stock, 1899.
  • Imbéciles et gredins. 1900.
  • L'ennemi du peuple par Henrik Ibsen. Societe libre d'edition des gens de lettres, 1900.
  • La touffe de sauge. Editions de la plume. 1901
  • La Gynnécocratie, Ou La Domination De La Femme. Carrington, Charles. 1902. Précéde d'une Etude sur La Masochisme dans l'histoire et les traditions. (avec la coll.de Jacques Desroix)
  • Lettres familières. Collection rationaliste. Librairie de 'La raison', 1904.
  • Poèmes Aristophanesques. Mercure de France, 1904.
  • La noir idole, Etude sur la Morphinomanie. Leon Vanier, Editeur; A. Messein, Succr., 1907.
  • Poèmes éligiaques. Mercure de France, 1907.
  • Le troupeau d'Aristée. Sansot, 1908.
  • La farce de la marmite. Messein, 1909.
  • La Feuille à l'envers -Revue en un Acte. Messein, 1909.
  • Pour la paix, Lettre aux conscrits. Messein, 1909.
  • Un Monde Qui Finit. La Dévotion À La Croix-Don Quichote-Appendice. Messein, 1910.
  • De Célimène à Diafoirus. Essai consacré à Molière et à son époque. « Misanthropie et misanthropes - la pharmacopée au temps de Molière - notes ». Messein, 1911.
  • Pages choisies. Vers et proses. Messein, 1912.
  • Quelques fantomes de jadis. (Verlaine. - Auguste Rod de Niederhausern. - Charles Cros. - Vigny.) Messein, Collection « Societe des Trente, 1913.
  • Les commérages de Tybalt. Petits mémoires de la vie. 1903-1913. Crès, 1914.
  • Les livres et les hommes (1916-1917). Vrin, 1917.
  • Les saisons et les jours. Crès, 1917.
  • Petit bréviaire de la gourmandise, notes sur quelques grands gourmands de l'histoire. Messein, 1919.
  • La douleur. Le vrai mystère de la passion. Messein, 1919.
  • Carnet intime. Editions du Sagittaire, Kra, 1920.
  • Quelques fantômes de jadis. Edition française illustrée, 1920.
  • Les Reflets de Paris (1918-1919). P. Jean Fort, 1921.
  • Petits Mémoires De La Vie. Mémoires d'écrivains et d'artistes, Editions G. Crès, 1921.
  • Platres Et Marbres. Editions  » Athéna", 1922.
  • Des Tragédies d'Eschyle au pessimisme de Tolstoi. La Nouvelle revue critique, 1924.
  • Epitres Des Hommes Obscurs. La Connaissance, 1924.
  • Le Paillasson. Mœurs De Province. Le livre, 1924.
  • La médaille qui s'efface. Crès, 1924.
  • Poésies posthumes. Messein, 1925.
  • Masques Et Visages. Essais Inédits. Les éditions du monde moderne, 1925.
  • Lettres à sa Mere 1874-1891. Rene van den Berg et Louis Enlart, 1926.
  • La corne et l'épée. Réflexions sur la tauromachie. Messein, 1941.

sur Laurent Tailhade :

  • Laurent Tailhade ou De la provocation considérée comme un art de vivre. Gilles Picq, 2001, Maisonneuve & Larose, 828 p
  • Laurent Tailhade intime. Correspondance publiée et annotée par Madame Laurent-Tailhade. Mercure de France, 1924.
  • Laurent Tailhade Au Pays Du Mufle. Quignon, 1927. Mémoires écrites par sa femme.
  • Les plus belles pages de Laurent Tailhade. Quignon, 1928.

[modifier] Liens externes

Site consacré à Tailhade




  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de Wikipedia.